Soirée Baptiste Brunello, à La Poussière Dans L’Oeil le jeudi 6 octobre 2016.

Brunello Baptiste

L’association La Belle Epoque [Arts Contemporains]

a le plaisir de vous inviter à une soirée carte blanche

à

BAPTISTE BRUNELLO

Baptiste Brunello

le jeudi 6 octobre 2016 à partir de 19h.

Galerie Une Poussière Dans L’Oeil, 17, bis Chemin des Vieux Arbres, 59650 Villeneuve d’Ascq (Métro Hôtel de Ville)   – Entrée prix libre –

Baptiste Brunello oscille entre texte, chanson, musique, vidéo et performance. Jouant d’une présence entre malaise et maîtrise,  il se balade sur un fil aussi sensible que fragile pour nous emporter dans son univers. D’un humour certain, ses prestations sont pourtant empreintes d’une gravité forte. Nous l’avons découvert au second Salon des Voix Mortes (Clermont Ferrand ) ou il a su enflammer le public (très spécialisé!) et c’est avec impatience que nous attendons cette soirée qui suivra une résidence nordiste à Fructose.  Que dire de plus pour vous donner envie de venir le découvrir?? Si ce n’est qu’il nous semble que n’y les vidéos disponibles sur la toile, ni son album sonore ne sauraient rendre la jouissance que nous avons eu à le découvrir en « Live »…

son album :

j'envisage, Baptiste Brunello

Ecoute ici

Baptiste Brunello Biographie :

Je commence à naître dans le Haut Jura au début des années 80… … d’un père gardien de stade et d’une mère caissière de supermarché. Une curiosité relative aux arts plastiques, doublée d’un goût marqué pour le mot, la fille et la musique me pousseront très tôt à l’échec scolaire. Pourtant détenteur du carnet liaison et de la carte de cantine, dès 1992, je me consacre entièrement au gribouillage dans la marge, à la chanson réaliste et au Rap. À Saint-Claude, le rugby est une religion, en piètre sportif, je n’y jouirai d’aucune reconnaissance. La rudesse du climat, celle des esprits comme la situation particulière de la petite cité pipière (ville ceinturée par une suite ininterrompue de barrières naturelles) alimenteront largement mon besoin d’exil et d’indépendance. Incapable d’approcher le niveau scolaire requis pour entrer au lycée, je m’oriente seul vers un Brevet d’Études Professionnelles de couturier-tailleur avant d’envisager une spécialisation dans le costume de scène à Dole. Lassé de coudre à l’affilée des babouches pour les 80 pieds des 40 voleurs, j’abandonne pour un temps le projet d’être costumier… Enthousiasmé par une rencontre, celle de l’auteur Alex Barbier, je m’autorise le projet d’être totalement artiste. À l’été 2000, je quitte la Franche Comté pour m’installer dans le sud de la France. J’y travaillerai comme ébéniste et poursuivrai parallèlement des travaux plastiques et d’écriture qui m’offriront d’intégrer l’École Supérieure des Beaux-arts de Nîmes. Tour à tour auteur, vidéaste, assistant de réalisateur, chansonnier, performeur et plasticien, je m’installe à Bruxelles en 2011 où nous créerons, avec 2 amis, un lieu de curiosité – LYCAON – principalement dédié aux formes vivantes incongrues. Depuis septembre 2014, je suis de retour en France, dans le Jura, où je me consacre tant que permis à mes activités artistiques multiples.

242265003_640

Description du projet :

Auteur, plasticien, interprète

Pankatrova de la poésie contemporaine

Bâtir un socle d’expression aux moyens de réalisations plastiques sérielles, de projections vidéos, de compositions instrumentales et de réflexions anecdotiques dites ou chantées. Stimulé par une recherche liée au détournement des procédés, aux faits du hasard, aux approximations ainsi qu’aux limites de justesse et de cohérence, formalisé à l’occasion de suites de tableaux vivants portés par des thématiques simples, ce projet subit à rythme soutenu, les expérimentations nécessaires à sa bonne écriture. Il ne se fige pas, il s’auto-alimente, se recycle, ses axiomes se citent et se répètent depuis une dizaine d’années. Successivement, il ingère, pour les traiter à leur tour, de nouveaux matériaux, de nouvelles réflexions. Aussi cette relation particulière aux phénomènes répétitifs, à la série laisse-telle une place importante à la spontanéité par l’exploitation de flottements transitoires précédant chacune des pièces. En effet, lors de la séquence d’actions, de régulières reprises de contact avec « la » réalité ( le public ) s’opèrent à des fins didactiques, en vue de remaniements contextuels, offrant le chapitre aux mots de l’esprit (quand ils acceptent de se manifester). De la même manière, un texte de soutenance ou un commentaire dit sert systématiquement la vidéo ou le dessin. Si il intègre les arguments inhérents à la chanson, à sa dimension spectaculaire, cet exercice est d’abord l’expression d’un questionnement artistique global. Bien qu’en passant par le prisme de l’humour, celui-ci flirte à brûle-pourpoint avec une certaine gravité. http://vimeo.com/33463520

Click là, et tu l’entendras !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *